Organisation générale du chantier

Organisation générale


Organisation générale du chantier

Les éléments donnés ci-après sont une aide à l’élaboration des documents décrivant l’organisation de la prévention qui sera fonction de l’analyse des risques propres au chantier (PPSPS, plan de prévention ou document spécifique).

Actions à réaliser par le maître d’ouvrage Le maître d’ouvrage devra réaliser un diagnostic de présence de plomb préalablement à tous les travaux sur les peintures de bâtiments construits avant 1948. Il en sera de même en cas de doute pour ceux construits dans les années suivantes.

Après ce diagnostic, le maître d’ouvrage devra :

  • Planifier les travaux afin qu’ils se réalisent dans les locaux vides et inoccupés,
  • Planifier les travaux afin d’éviter toute coactivité avec d’autres corps d’états dans la zone polluée,
  • Effectuer, avant le démarrage des travaux, un contrôle initial d’empoussièrement surfacique sur le sol,
  • Mettre hors service les installations existantes (gaz, électricité…) situées dans la zone de travail et pouvant présenter des risques pour les intervenants,
  • Effectuer un contrôle d’empoussièrement surfacique sur le sol avant restitution des locaux aux occupants,
  • Après les travaux, mettre à jour le dossier d’intervention ultérieure sur l’ouvrage (DIUO) s’il a lieu.

Préparation du chantier

  • Examiner le diagnostic de présence de plomb.
  • Choisir la technique d’intervention la moins polluante possible, notamment vis-à-vis de la concentration en plomb.
  • Informer le médecin du travail et le CHSCT (ou les délégués du personnel).
  • Choisir les protections collectives.
  • Choisir les équipements de protection individuelle adaptés à la technique.
  • Informer les salariés sur le risque plomb à l’aide de la notice prévue à cet effet (annexe G).
  • Former les salariés (technique employée, équipements de protection, nettoyage du chantier, évacuation des déchets, entrée et sortie de la zone de travail, hygiène générale, interdictions) ; le formateur doit être compétent vis-à-vis du risque plomb.
  • Prévoir l’installation des locaux vestiaires, sanitaires et réfectoire.
  • Choisir le mode de tri, de stockage et d’élimination des déchets, et mettre en place la procédure de cheminement et d’évacuation.
  • Définir les moyens d’aide aux manutentions.
  • Repérer les différents réseaux à l’intérieur de l’immeuble afin d’organiser la neutralisation de ceux pouvant présenter un risque lors des travaux.
  • Réaliser, si possible en premier lieu, les creusements de saignées (pour électricité ou plomberie) dans les mêmes conditions que les travaux de traitements de peinture (voir la fiche n°4 Grattage, ponçage, piochage).
  • Intégrer l’analyse des risques et les mesures de prévention retenues dans les éventuels documents réglementaires (PPSPS, plan de prévention…) ou dans un document spécifique, puis les commenter aux salariés.
  • Approvisionner tous les matériels et installations nécessaires, les sacs pour les déchets et les équipements de protection individuelle.

Avant de démarrer les travaux

  • En cas d’emprise sur la voie publique, signaler le chantier et aménager des passages pour les piétons.
  • Rendre le chantier inaccessible au public.
  • Délimiter et signaler les zones de travaux à risques.
  • Indiquer au maître d’ouvrage le moment opportun pour la réalisation du contrôle initial d’empoussièrement surfacique au sol.
  • En fonction de la technique employée (voir la fiche pratique concernée), prévoir éventuellement un isolement de la zone, un sas d’accès (annexe B), une extraction d’air…
  • Aménager un local inaccessible au public pour stocker les déchets.
  • Mettre à disposition des opérateurs, sur le chantier :
    • Un point d’eau équipé de savon et de brosses à ongles,
    • Une douche équipée : cabine pouvant être fermée avec espace de déshabillage et patère, caillebotis au sol, eau à température réglable, chauffage, aération…,
    • Un local avec des armoires vestiaires à deux compartiments distinct (vêtements de travail, vêtement de ville),
    • Des toilettes,
    • Un local à usage réfectoire.
  • Disposer des protections collectives contre le risque de chute de hauteur à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments.
  • Mettre à disposition des plates-formes individuelles roulantes légères (PIRL) ou des échafaudages adaptés à la configuration des lieux (escaliers…).
  • Faire mettre hors service les installations existantes (gaz, électricité…) situées dans la zone de travail et pouvant présenter des risques pour les intervenants.
  • Mettre en œuvre des coffrets électriques avec disjoncteurs différentiel (sensibilité 30 mA).
  • Eclairer la zone de travail à l’aide d’appareils de classe II (double isolation) : projecteur mobile IP 447, baladeuse IP 45 d’une protection mécanique (verrine ou grille métallique).

Pendant les travaux

  • Mettre à disposition des salariés, sur le chantier, les documents décrivant l’organisation de la prévention (PPSPS, plan de prévention, document spécifique…).
  • Maintenir les moyens mis en place pour rendre le chantier inaccessible.
  • Appliquer à toute personne présente sur le chantier – en particulier lors des visites de chantier – les dispositions prévues pour les intervenants.
  • Commencer par les travaux les plus polluants.
  • Assurer un nettoyage régulier de la zone de travail ; proscrire le balayage.
  • Ramasser régulièrement les déchets, au moins une fois par jour.
  • Evacuer les déchets ; les stocker dans un local inaccessible au public.
  • Ne jamais faire brûler du bois recouvert de peinture au plomb.
  • Organiser des pauses en fonction des conditions de travail des opérateurs (température, humidité…) et des équipements de protection respiratoire choisis.

Après les travaux

  • Réaliser un nettoyage complet des zones de travail et des accès à l’aide d’un aspirateur avec filtre à très haute efficacité (annexe C) ; proscrire le balayage.
  • Indiquer au maître d’ouvrage le moment opportun pour la réalisation du contrôle d’empoussièrement surfacique au sol.
  • Fournir au maître d’ouvrage un plan indiquant les parois ou éléments contenant toujours du plomb après recouvrement ou encoffrement.