Le plomb : la Propriété et les caractéristiques

Propriété et caractéristiques du Plomb


Propriété et caractéristiques du Plomb

Grace à sa grande malléabilité et son bas point de fusion, il a été transformé et Traditionnellement employé dans l’imprimerie et dans la métallurgie (fonderie), à l’état pur ou sous forme d’alliages, le plomb est aussi présent dans de nombreux autres secteurs d’activités.

Le plomb présente des caractéristiques physiques et chimiques :

Propriétés physiques

  • Tableau à prendre avec logiciel
  • Le plomb est un produit difficilement inflammable et explosible, sauf sous forme pulvérulente (poussières) exposée à la chaleur ou aux flammes.
  • Les agents d’extinction recommandés sont le sable sec, de la dolomite ou du graphite (secs).
  • Certains composés du plomb, notamment le nitrate, le nitrure, le thiocyanate, le chlorate, le bichromate, peuvent donner lieu à des explosions sous l’action de la chaleur, d’un choc ou par contact avec des composés oxydants ou réducteurs.

Propriétés chimiques
Le plomb n’est pas inerte chimiquement mais présente une remarquable résistance à la corrosion (par formation, à la surface du métal, d’un film de produit de corrosion insoluble, imperméable et adhérent). À température ambiante, le plomb résiste bien à l’action des acides sulfurique, phosphorique, chromique, fluorhydrique, mais il est attaqué par l’acide nitrique. Il est également attaqué par l’acide chlorhydrique et l’acide sulfurique concentrés et bouillants. De nombreux métaux forment des alliages avec le plomb fondu. Le monoxyde de plomb s’altère lentement à la lumière ; il peut être réduit par certains métaux (Ca, AI, Mg). Le dioxyde de plomb se décompose lentement à la lumière et se transforme en monoxyde à 290 °C. Chauffé, c’est un oxydant puissant qui réagit (parfois de façon très brutale) avec un grand nombre de métaux. Le chromate de plomb réagit de façon explosive quand il est mélangé avec des oxydants forts, l’aluminium, le sodium et le potassium, les colorants azoïques… Le sulfate de plomb réagit de façon violente avec le potassium ; il peut être complètement réduit par l’hydrogène et, à chaud, par le fer, le zinc, l’aluminium.


Mine de plomb
Le plomb est présent sous diverses formes dans tous les compartiments environnementaux (hydrosphère, stratosphère, biosphère, atmosphère, mais surtout dans la croute terrestre et le sol). Sachant qu’il y a des échanges permanents entre ces différents compartiments, et que le plomb est bioconcentré dans la pyramide alimentaire, on comprend aisément pourquoi la présence de plomb dans notre environnement est un enjeu majeur. Il est présent sous beaucoup de formes inorganiques notamment dans la croûte terrestre et les minerais. On retrouve ainsi des acétates, nitrates, carbonates, sulfates ou encore de chlorure de plomb. Ces composés inorganiques conduisent rarement à une toxicité aiguë.


Minerais :
Une infime partie du plomb de notre environnement est encore issu de la décomposition radioactive (désintégration de l’uranium). Le plomb natif et pur est rare. On l’extrait actuellement de minerai associé au zinc (la blende), à l’argent et (le plus abondamment) au cuivre. La principale source minérale est la galène (PbS) qui en contient 86,6 % en poids (donc en masse). D’autres variétés communes sont la cérusite (PbCO3) et l’anglésite (PbSO4). Aujourd’hui le recyclage permet d’en récupérer une grande part. La plupart des minerais contiennent moins de 10 % de plomb. Les minerais qui contiennent moins de 3 % de plomb ne peuvent pas être exploités économiquement. Le minerai extrait du sol est concentré par gravimétrie et flottation, puis dirigé vers une usine métallurgique (fonderie). Les plus grands gisements sont aux États-Unis, en Australie, en CEI et au Canada. En Europe, la Suède et la Pologne possèdent la plupart des gisements.