Matériels et équipements

Matériels et équipements


Materiels et équipements

Il est vivement conseillé aux entreprises de disposer, dans leurs locaux propres, d’un local confiné sous dépression permettant l’entretien, le nettoyage fin et la réparation de matériels et équipements provenant des chantiers. Dans le cas de location ou de prêt de matériels provenant du même type de chantier, sauf engagement spécifique de l’entreprise qui le fournit, le matériel loué ou prêté doit faire l’objet d’attentions particulières. Dans le doute, il est recommandé de le considérer comme contaminé et de ne le manipuler qu’en portant des équipements de protection respiratoire.


Équipements de protection individuelle

En cas d’impossibilité technique dûment justifiée dans le PRE, l’utilisation d’un appareil filtrant à ventilation assistée est tolérée. Dans ce cas, l’appareil doit fournir un débit d’air supérieur à 160 l/min et être doté de filtres TM3 P. Le facteur de protection des appareils à ventilation assistée étant très inférieur à celui des appareils isolants à adduction d’air, des mesures de protection collective complémentaires doivent être mises en œuvre (renforcement du renouvellement de l’air, de l’humidification...).


Extracteurs et circulateurs d’air

En cas de panne électrique, le travail en zone ne pourra se poursuivre que si la dépression minimum de 10 pascals est conservée et si le renouvellement d’air est assuré ; pour ce faire, les extracteurs qui assurent ce minimum de dépression doivent fonctionner sur une alimentation électrique secourue et leur alimentation électrique doit être établie, alimentée, exploitée et maintenue en état de fonctionnement comme des installations dites de sécurité. Pour pallier un défaut des extracteurs eux-mê-mes, il y a lieu de prévoir des extracteurs desecours, dont la mise en marche sera automatiquement assurée lorsque la dépression atteint un niveau d’alerte prédéfini ou en cas d’incident (par exemple panne). Un contrôleur de dépression à enregistrement est installé en dehors de la zone confinée, permettant de connaître en permanence le niveau de la dépression dans la zone. La prise de mesure est effectuée par une sonde placée en zone confinée, en un point caractéristique des conditions de confinement. Le contrôleur de dépression est équipé d’alarmes qui se déclenchent quand le niveau d’alerte est atteint. Ce niveau d’alerte doit être réglable. Le fonctionnement des alarmes est vérifié périodiquement. Le débit réel des extracteurs est vérifié à la sortie de la gaine de refoulement à l’aide d’un anémomètre. Des circulateurs peuvent être utilisés pour traiter les zones mortes. Ces circulateurs doivent être dédiés à ces applications et ne doivent pas être utilisés ultérieurement comme extracteurs.


Aspirateurs

D’autres types d’aspirateurs peuvent être dédiés au travail en zone mais ils ne doivent pas être utilisés ultérieurement pour d’autres usages. Les aspirateurs utilisés pour le travail à l’intérieur d’une zone confinée, s’ils n’ont pas été décontaminés, ne doivent pas servir en dehors d’une zone confinée. En fin de chantier, ils sont alors emballés en sac ou coffre étanche, évacués par le tunnel « matériels », déballés dans la zone confinée suivante.


Installations de décontamination

Pour le retrait de matériaux friables contenant de l’amiante, la configuration à trois compartiments n’est tolérée que si la mise en place d’un tunnel à cinq compartiments s’avère techniquement impossible et est dûment justifiée. Il est alors conseillé de mettre en place un tunnel à 3 compartiments avec 2 douches. Les douches sont dans les compartiments 3 et 2. Les opérations prévues dans le compartiment 5 du tunnel à 5 compartiments sont réalisées avant d’entrer dans l’installation de décontamination. L’éclairage du tunnel, le chauffage de l’air, le chauffage de l’eau et les pompes de rejet des eaux sont branchés sur une installation électrique secourue.