Nettoyage après traitement des MCA friables

Nettoyage


Nettoyage après traitement des MCA friables

Lorsque la totalité des travaux de retrait (enlèvement et brossage) ou d’encapsulage des MCA est réalisée et que les déchets sont évacués, un nettoyage soigné de la zone confinée, maintenue en dépression, est effectué selon le schéma suivant :

Contrôle visuel de toutes les surfaces et en particulier les endroits difficiles d’accès ou de nettoyage :

angles, ailes des poutres métalliques, supports de matériels, espaces entre des équipements et les cloisons, etc. Ce contrôle visuel est destiné à vérifier l’absence de résidus de MCA et la bonne exécution du traitement d’encapsulage des MCA.

Aspiration de la totalité des surfaces, matériels utilisés pour les travaux et équipements restés en zone, à l’aide d’aspirateurs munis de filtres à très haute efficacité et d’embouts d’aspiration adaptés au nettoyage des diverses surfaces. Les matériels de l’entreprise qui ne sont pas dépollués et qui seront employés dans une autre zone confinée sont, après un nettoyage, conditionnés et évacués de la zone comme s’il s’agissait de déchets, identifiés et mis dans des caisses de transport.

Contrôle visuel des films en matière plastique, afin de procéder à la réparation de déchirures ou de décollements survenus pendant les travaux et non encore réparés.

Lavage à l’eau ou si impossibilité nettoyage à l’humide des parois et équipements sur lesquels les MCA ont été retirés, ainsi que des films en matière plastique et des matériels ayant été utilisés pendant les travaux (échafaudages, circulateurs, etc.). Les eaux de lavage sont filtrées avant leur rejet.

Pulvérisation d’un produit fixateur (surfactant) uniquement sur les films plastiques, afin d’éviter la remise en suspension de fibres résiduelles, lors de leur dépose.

Dépose de la première couche de film en matière plastique après son lavage (avant séchage) et son surfactage ; cette couche est conditionnée par pliage soigné des films, face surfactée à l’intérieur, et évacuée de la zone de travail comme un déchet contaminé.

La constatation de déchirures ou de décollements dans le premier film permet d’affirmer que le second film en matière plastique (restant en place) est pollué. En conséquence, sa dépollution dans les conditions indiquées ci-avant est indispensable, après réparation des éventuelles déchirures et décollements du second film. Après ce nettoyage, il est suggéré à l’entreprise qui effectue les travaux de traitement de MCA, de réaliser un ou des prélèvements (analyse par microscopie) afin de vérifier la teneur en fibres résiduelles dans l’atmosphère de la zone confinée, de rechercher, le cas échéant, les sources de pollution de la zone, de mettre en œuvre les dispositions qui s’avèrent nécessaires : nettoyage, nouvelles mesures d’empoussièrement, etc. Lorsque la zone est déclarée propre par l’entreprise, le maître d’ouvrage, le donneur d’ordre ou leur représentant effectuent le contrôle visuel des surfaces traitées et font reprendre, le cas échéant, les zones laissant apparaître des résidus de MCA ou des insuffisances d’encapsulage des MCA.


La dernière couche de film en matière plastique est déposée progressivement, lé par lé, en contrôlant en permanence l’évolution de la dépression. La zone doit être maintenue sous une dépression même faible. Si nécessaire, le calfeutrement est complété au fur et à mesure de la progression de la dépose. Il est fréquent que, pendant le déroulement du chantier, les deux couches de films en matière plastique soient perforées, que des fragments de MCA ou de l’eau polluée aient pu s’infiltrer entre les parois et les films les recouvrant. Il est impératif de procéder à un nettoyage (par aspiration et à un lavage ou à un nettoyage au chiffon humide en cas de risque de dégât des eaux) des surfaces concernées au fur et à mesure du retrait des films. En règle générale, après la fin de ce nettoyage, les filtres des aspirateurs et les filtres primaires et secondaires des extracteurs sont retirés et remplacés par des filtres neufs, en respectant les prescriptions du constructeur et par une personne ayant reçu la formation indispensable pour le faire. Les filtres à très haute efficacité sont remplacés si nécessaire. Dans le cas où cette opération a lieu dans un autre local, dépendant par exemple de l’entreprise qui effectue des travaux, des précautions particulières (emballage, protections mécaniques, etc.) sont mises en œuvre pour le transport et le stockage, ainsi que dans les locaux concernés.

Le nettoyage des matériels loués doit être particulièrement soigné. Ils doivent être rendus complètement décontaminés et débarrassés des consommables pollués (filtres, etc.), sauf accord écrit du loueur ou clauses du contrat de location. Les contrôles de la décontamination seront décrits dans le PRE.