Retrait de revêtements routiers contenant de l’amiante

Retrait de revêtements routiers


Retrait de revêtements routiers

Des enrobés bitumineux contenant de l’amiante (inférieur à 2 % par rapport au liant) ont été mis en œuvre durant les années 1970 à 1990 sur de multiples ouvrages, en particulier ceux à fort trafic : autoroutes, péages d’autoroute, parkings, pistes d’aéroport, carrefours, routes pavées... À l’occasion de travaux de réfection ou d’entretien de ces ouvrages, les revêtements routiers amiantés font l’objet d’opérations de retrait généralement par rabotage. Les opérations de rabotage libèrent également des quantités importantes de silice cristalline, pour laquelle les niveaux d’empoussièrement sont souvent supérieurs à la valeur limite d’exposition professionnelle.


Les mesures à mettre en œuvre sont celles demandées pour la protection du risque silice.

Mode opératoire et mesures de prévention Les ouvrages concernés par ces travaux se trouvent généralement sur la voie publique et nécessitent une organisation de chantier intégrant, notamment, la prise en compte du risque routier et de la présence éventuelle de tiers à proximité.

Les dispositions à mettre en œuvre seront les suivantes :

- baliser la zone de travail, mettre en place la signalétique routière et interdire l’accès aux tiers,
- aménager une zone pour l’habillage, le déshabillage et la décontamination des opérateurs (roulotte, zone aménagée in situ...),
- procéder au retrait du revêtement à l’aide d’un engin adapté, par exemple du type raboteuse équipée de jupes latérales et travaillant sous arrosage et/ou brumisation d’eau pour rabattre les poussières émises et équipée d’une cabine en surpression alimentée en air filtré par un filtre THE,
- collecter les déchets et gros agrégats par tapis convoyeur protégé capoté et les évacuer à l’avancement vers une benne après les avoir humidifiés puis bâcher la benne avant transport,
- aspirer les débris et résidus de rabotage à l’aide d’une balayeuse aspiratrice équipée d’un filtre à très haute efficacité et les évacuer à l’avancement dans un GRV à double enveloppe étiqueté « amiante »,
- équiper le personnel à proximité de la raboteuse d’une combinaison à usage unique à capuche de type 5, de gants lavables et d’un appareil de protection respiratoire à ventilation assistée (masque complet TM3P ou casque ou cagoule TH3P) de préférence à vision panoramique. Les fraisats d’enrobés contenant de l’amiante ne doivent pas être recyclés et sont éliminés en installation de stockage de déchets inertes en l’absence de goudron. Les GRV remplis de poussières sont évacués vers une installation de stockage de déchets dangereux (classe 1).