Résumé

Résumé


Résumé

Suite aux recommandations de l’Agence française de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (AFSSET1) en 2009, concernant l’abaissement de la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) à 10 fibres par litre (f/l), la prise en compte des fibres fines d’amiante (FFA) et leur comptage par microscopie électronique à transmission analytique (META), la Direction générale du travail a organisé une campagne de mesures visant à caractériser l’exposition aux fibres d’amiante « OMS », fibres courtes (FCA) et FFA lors de travaux sur matériaux amiantés. La réalisation de ces mesures a été confiée à des laboratoires accrédités selon un protocole défini et des typologies de chantier déterminées en fonction du couple matériau/technique de retrait. La campagne s’est déroulée de novembre 2009 à octobre 2010. Au total 265 mesures ont été effectuées lors d’opérations de retrait correspondant à 29 types de chantier. Les analyses par META mettent en évidence de fortes concentrations en FCA et des concentrations équivalentes pour les fibres d’amiante OMS et FFA. Certains matériaux comme les plâtres amiantés retirés par des techniques de burinage génèrent des empoussièrements élevés. Pour ce type de situations, l’utilisation d’appareils de protection respiratoire performants (FPA = 250) ne permet pas de protéger suffisamment les salariés en comparaison à une VLEP de 10 f/l. Au regard des résultats de cette campagne, l’INRS recommande : - Métrologie et contrôle de la VLEP :
- D’utiliser la méthode de comptage par META en remplacement de la MOCP ;
- De prendre en compte les FFA dans le contrôle de la VLEP ;
- De fixer une VLEP-8 heures avec la méthode de comptage par META ;
- De modifier la procédure de contrôle des expositions en limitant le nombre de contrôles à chaque type de situation mais en améliorant la qualité des mesures et en adoptant une méthodologie qui pourrait s’inspirer de celle décrite dans l’arrêté du 15 décembre 2009 relatif au contrôle des VLEP ;
- De renforcer la fiabilité des mesures d’empoussièrement dans le cadre de l’accréditation des organismes chargés des contrôles d’exposition à l’amiante ;
- D’élaborer une formation spécifique dont bénéficierait le personnel des organismes chargés du prélèvement et de l’analyse à qui sera confiée la stratégie d’échantillonnage, en vue d’améliorer la qualité des prestations de contrôle et d’harmoniser les pratiques au niveau national.
- Mesures de prévention :
- De ne pas procéder au retrait de certains matériaux très liés rendus très émissifs du fait des techniques de retrait employées, mais de les confiner en assurant leur traçabilité ; 1 Depuis, l’AFSSET a fusionné avec l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) pour devenir l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). -4-
- De mettre à disposition les résultats issus de la base SCOLA qui permet de centraliser les données provenant de l’expérience des entreprises de façon à mettre en commun les mesures de niveaux d’empoussièrement générés par chaque typologie de chantier ;
- De déterminer les actions de prévention à mettre en œuvre à partir des résultats des contrôles ;
- D’aménager les zones de travail à l’aide de fenêtres permettant de visualiser le chantier depuis l’extérieur de la zone polluée, notamment d’effectuer la surveillance du prélèvement par le préleveur sans l’exposer ;
- D’améliorer la traçabilité en procédant au repérage approfondi systématique des matériaux amiantés avant travaux et en améliorant les modalités de constitution et de mise à jour du dossier technique amiante ;
- De mettre en place dans chaque entreprise concernée un programme de choix et de gestion des appareils de protection respiratoire.
- Méthodologie et technique :
- De développer des techniques de retrait évitant l’intervention directe des opérateurs ;
- De développer des équipements de protection individuelle plus performants.
- Acquisition de connaissances :
- De mener des études permettant d’établir les facteurs de protection en situation de travail des appareils de protection respiratoire sur la base d’analyses en META, en visant en priorité les appareils les plus performants (appareils isolants) et les plus utilisés (filtrants de type TM3P) ;
- De poursuivre l’acquisition des connaissances sur les niveaux d’empoussièrement, mesurés avec la méthode META, générés pour les activités de type « interventions » sur matériaux amiantés (sous-section 4) ;
- De poursuivre les études sur la toxicité des FCA.